Notion moderne de l'intuition et la philosophie des mathématiques (La)

Titre

Notion moderne de l'intuition et la philosophie des mathématiques (La)

Statut

Année de publication

Périodique de publication

Volume

19

Pagination

145-176

Type d'intervention

Champ Scientifique

Référence bibliographique

  • Cournot, Antoine-Augustin, De l'origine et des limites de la correspondance entre l'algèbre et la géométrie, Paris, 1847

Commentaire référence bibliographique
  • Brunschvicg renvoie à Cournot pour illustrer la modification de l'objet philosophique (et de la méthodologie employée par les philosophes) : mathématique (passant de La Mathématiques aux Sciences-Mathématiques) :

    « Autrement dit, de Descartes à Auguste Comte le philosophe paraît faire fonds sur la mathématique, c’est-à-dire sur une science dont il définissait en général l’objet et la méthode, dont il énumérait a priori les différentes parties. Aujourd’hui, au contraire, il semble qu’il y ait d’abord les mathématiques, c’est-à-dire une série de disciplines fondées sur des notions particulières, délimitées avec précision, enchaînées avec rigueur. Puis, entre ces domaines bien déterminés, mille chemins de communication et de ramification viendront montrer la coordination des méthodes, étendre l’horizon de leur application, susciter de nouvelles solutions ou de nouveaux problèmes. (en note : Cournot, De l’origine et des limites de la Correspondance entre l’Algèbre et la Géométrie, 1847, p. 11). » (Brunschvicg (1911), pp. 163-164)



URL

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111209?rk=42918;4